Divinités de Wyrm



Les trois divinités connues de tous les peuples de la Sphère de Wyrm forment une triade matriarcale conservant jalousement son influence à travers le système. Incarnées dans les géantes gazeuses désignées par leurs noms, les trois divinités semblent avoir évoluées de formes spirituelles durant l’Âge Sombre, vers un statut divin au milieu de l’Âge spirituel. Avec la venue des nombreux humains viennent les premiers grands conflits religieux, alors que les étrangers amènent leurs divinités au sein de la Sphère e cristal.
Peu concernées par les affaires planaires, la Triade de Wyrm doit désormais prendre en compte une dangereuse compétition avec des Puissances agressives, aux cultes expansionnistes.

Prycédia, Celle qui appelle la saison du sang
Déesse mineure des Limbes, CN

Domaines de prédilection : Feu, Chaos, Dragons
Autres incarnations : Ka’Laak (forme primitive Nadakanaa), Pa’laaraat (forme draconique Syndarhanaa).
Royaume : La Furie pyrétique, une sphère de feu au cœur des Limbes, dont les flammes intenses protègent le Trône de Prycédia, un domaine stable de proto-matière où se rassemble une petite communauté d’une centaine de Suppliants, majoritairement des dragons rouges.
Alliés divins : Aucun. La nature instable de Nycédia en fait une piètre alliée pour les autres membres de la Triade de Wyrm. Jusqu’à maintenant, aucune autre Puissance d’outresphère n’a manifesté le souhait de former une alliance avec Prycédia.
Ennemis divins : Les négociants de la Sphère Guildienne amènent avec eux leur religion ancestrale et commencent à bâtir des autels au sein de leurs comptoirs sur Wyrana. Les premiers miracles de l’Ennéade ont déjà eu lieu, et il ne faudra pas longtemps pour que les Puissances d’Héliopolis manifestent leur volonté de s’imposer parmi les communautés humaines, essentiellement dans un rôle protecteur face aux dragons rouges, et donc en opposition à Prycédia.
Symbole : Une tête de dragon gueule ouverte.
Avatars connus : Pa’laaraat, un légendaire dragon rouge de l’Âge des Conquérants, est connu pour avoir été la plus terrifiante incarnation de la Déesse sur Wyrana. D’une envergure dix fois supérieure à celle de n’importe quel autre dragon de cette espèce, Pa’laaraat englouti dans son souffle les cinq fils de l’Empereur-Sorcier Ryalorm-Shelteerm-Tyovoor, ainsi que la majorité de son armée mobilisée sur Wyrana. Seule une alliance des plus puissants Tulaan-Sayaad de l’époque permis de repousser la créature qui fut cruellement blessée. Son sang fut à l’origine de la lignée Synadarhanaa des Palaan-Paranaa.
Culte : Durant l’ère des Sept Empires marchands, certains Syndarhanaa se tournèrent vers la vénération de Prycédia sous son incarnation de Pa’laaraat, espérant disposer de sa puissance destructrice afin de chasser les envahisseurs. Altérant les anciennes traditions des Tulaan-Sayaad, les prêtres de cette nouvelle religion eurent à leur disposition la puissance de leurs ancêtres, magnifiée par le feu de celle qui avait été leur ennemie. Le culte de Pa’laaraat perdura durant plusieurs siècles, sans toutefois parvenir à s’imposer au sein de la culture Syndarhanaa. Malgré tout, le culte subsiste encore au sein de sanctuaires lunaires et regroupe quelques centaines d’individus dissimulant leurs croyances et se mêlant anonymement à la société elfique de Wyrana.
Sous sa forme d’Esprit animiste, Prycédia dispose d’un nombre important de fidèles parmi les tribus Nadakanaa. Force menaçante et destructrice, Ka’Laak est invoquée pour tenir les dragons rouges à distance, et de plus en plus fréquemment, pour venger les Nadakanaa persécutés par les nouveaux colons de la Sphère de Wyrm.
Dogme : Bien que la majorité des voyageurs découvrant les légendes entourant cette divinité la considère comme une entité maléfique, Prycédia est essentiellement vouée au chaos. Puissance destructrice, employant les dragons rouges de Wyrana qu’elle a longuement favorisée, Prycédia est une force instinctive, recherchant l’évolution des plus puissantes créatures au sein de la Sphère de Wyrm.
Au sein du mouvement religieux Syndarhanaa qui lui est dévoué, les fidèles cherchent à transcender leurs limites en éprouvant leur capacité de destruction, ils sont ainsi persuadés que seuls les survivants de désastres peuvent perpétuer l’espèce.
Sacerdoce : Les prêtres et prêtresses de Pa’laaraat œuvrent en secret à l’élaboration de grandes catastrophes menaçant aussi bien leur peuple que les communautés nouvelles de Wyrana. Persuadés que seuls les plus forts méritent d’être sauvés par leur déesse, ils ont depuis longtemps apprit à discerner les véritables survivants de ceux exhibant leurs forces.
Lieu de culte : Le Temple des Ecailles rougeoyantes est le principal lieu de culte de Pa’laaraat. Dissimulé dans l’antre d’un dragon rouge au cœur de la lune de Wyro, il a été bâtit à partir des ossements de la créature, autour d’un portail planaire menant à la Furie Pyrétique, dans les Limbes. Disséminées à travers le temple, des armures de Tulaan-Sayaad indiquent les origines de la puissance du culte, qui peut se targuer d’avoir en sa possession trois des huit lames légendaires de cette caste ancienne.
Sous sa forme de Ka’Laak, Prycédia dispose de nombreux autels disséminés à travers les étendues herbeuses de Wyrana. Le plus notable de ces lieux de culte reste encore le Cercle des Tertres Blancs, des amoncellements de rocailles sous lesquels furent jadis enterrés les premiers héros Nadakanaa qui tentèrent de résister aux dragons rouges.
Ordres affiliés : De jeunes Syndarhanaa suivants l’exemple de leurs ancêtres Tulaan-Sayaad finissent invariablement par adopter les préceptes de Pa’laaraat. Des rumeurs mentionnent la formation de compagnies embarquées à bord des flottes de l’Armada et se réclamant ouvertement Servants de la Furie Pyrétique. Ces groupes ne sont cependant pas officiellement reconnus au sein du Draanak’roln’Wyranaa.

Nycédia, Celle qui souffle le feu
Déesse mineure de Kimandja, CN

Domaines de prédilection : Air, Chaos, Dragons
Autres incarnations : Sha’Laak (forme primitive Nadakanaa), Shalamaad (forme divine Syndarhanaa).
Royaume : Les Cinq cercles flamboyants, dans le Plan de la Roue ancienne de Kimandja, est un haut-plateau difficile d’accès, recouvert par une jungle étouffante ou flotte en permanence une brume poisseuse. De nombreux Ny’shaan occupent les lieux et veillent à ce que nul intrus ne vienne troubler la vigilante garde de Nycédia, qui se consacre depuis longtemps à la surveillance des lignées mystiques Syndarhanaa.
Les Cinq cercles ont une manifestation physique prenant la forme de hautes colonnes de flammes draconiques, à travers lesquelles seules les plus puissantes Prêtresses-Dragons peuvent espérer passer afin de s’entretenir avec leur divinité.
Alliés divins : La majorité des Quasi-Puissances animales de Kimandja cherchent à s’attirer les bonnes grâces de Nycédia, qui peut ainsi compter sur des alliés nombreux et aux pouvoirs variés.
Ennemis divins : De par son attrait pour les Syndarhanaa, Shalamaad se voit régulièrement opposée à Prycédia qui encourage les déprédations perpétrées par ses dragons rouges.
Symbole : Un Ny’shaan rouge.
Avatars connus : Shalamaad est connue pour être une Syndarhanaa aux yeux de dragons, et dont la chevelure est faite de flammes. Souvent revêtue d’une armure-dragon superbement ouvragée, elle ne parle que rarement mais communique plutôt par la transmission d’émotions.
Culte : Bien que le déclin régulier des lignées Draanak amena le culte de Shalamaad au bord de l'extinction, il ne fallu qu'une poignée de générations pour que la foi se régénère jusqu'à devenir une église structurée, puissante, et au cœur des fondements d’une société Syndarhanaa de nouveau pleine d'ambition.
L’Eglise de Shalamaad regroupe en son sein des Prêtresses-Dragons aux pouvoirs redoutables, combinant entraînement mystique et martial. De sombres secrets hérités des Sorciers ont permis à certaines d’amplifier brièvement les pouvoirs de leur sang afin d’accomplir les prouesses de leurs ancêtres.
Régulièrement en conflit avec les lignées dominantes, le Culte continue à renforcer son influence parmi les Maisons opposées au Draanakaralaad et ses vassaux.
Dogme : Nycédia exhorte ses fidèles à rechercher le développement de leurs possibilités à travers la purification de leur sang. Pour ce faire, elle offre des épreuves initiatiques liées aux flammes et sous sa forme de Shalamaad, la possibilité d’unions produisant des rejetons pouvant hériter du meilleur de leurs parents.
Sacerdoce : Les Prêtresses-Dragons se consacrent à la préservation des antiques lignées et n'hésitent pas à sacrifier leur existence afin que les porteurs les plus prometteurs de ce sang sacré survivent et se fortifient.
Lieu de culte : Source écarlate est autant un lieu de culte pour les fidèles de Shalamaad qu'une puissante forteresse, dernier lieu de repli en cas de menace pesant sur l'église. Dissimulé dans des collines rocailleuses, à la bordure des territoires Nadakanaa, le sanctuaire abrite une trentaine de syndarhanaa passant pour une paisible sororité autonome, isolée du reste du reste du Draanak’roln’Wyranaa. En réalité, les Prêtresses-Dragons protègent trois porteuses de lignées anciennes, formées dans la religion de Celle qui souffle le feu, et qui deviendront à terme de parfaites concubines, en mesure de fortifier toutes les Maisons qui rendront hommage à la déesse.
Ordres affiliés : Les Shalaak’d’Naraa, ou Entremêleuses, sont des Prêtresses-guerrières assurant la sécurité des plus jeunes porteurs de lignées Syndarhanaa. Prêtes à se sacrifier afin que perdure le sang mystique imprégnant leur peuple, les Shalaak’d’Naraa dissimulent leur véritable identité et se regroupent rarement.

Lycédia, Celle qui sait
Déesse mineure de Reg'Naruu, CN

Domaines de prédilection : Terre, Chaos, Magie
Autres incarnations : Na'Laak (forme primitive Nadakanaa), Na'taan'la (forme draconique Syndarhanaa).
Royaume : Oeil mystique est un petit domaine au coeur de la tourmente éternelle d'énergies planaires qu'est Reg'Naruu. Lycédia est connue pour y entreposer toutes les bribes d'un savoir qu'elle collecte depuis une éternité, mais qu'elle ne pense jamais à organiser. Pour l'arpenteur planaire venant ainsi quérir une connaissance ésotérique bien précise, la vaste caverne formée à partir d'énergie pétrifiée, semblable à une géode de la taille d'une cité prospère, n'est en fin de compte qu'un gigantesque amoncellement de savoirs éparpillés au fil du temps, des moitiés de grimoires, des tablettes brisées et bien d'autres supports, tous incomplets.
Alliés divins : Il existe un lien connu entre Celle qui sait et la mystérieuse entité nommée Dâjâlâât-des-Sept, une Quasi-puissance régnant sur une dimension planaire au coeur du Dédale dimensionnel des Sept, vaste ensemble de passages et de réalités inquiétantes. Nul ne connaît l'origine de ce qui peut être considéré comme une entente mutuelle, mais par trois fois déjà, Lycédia se vit appuyée dans ses affaires par les redoutables Dâsâmâât, les serviteurs draconiques de Dâjâlâât. 
Ennemis divins : Sans parler de réelle hostilité, les relations entre Lycédia et les membres du panthéon Drey ne sont pas des plus cordiales, et la proximité de leurs domaines planaires respectifs dans Reg'Naruu est certainement la cause des tensions pouvant régulièrement naîtres entre eux. Celle qui sait favorisant son isolement au coeur de l'Oeil mystique, les heurts restent cependant rares.
Symbole : Un Ny’shaan noir
Avatars connus : Lycédia se manifeste essentiellement sous sa forme nadakanaa de Na'laak, une wemic aux yeux de dragon, maniant une javeline, la serpentine, faite de pure entropie cristalisée.
Culte : Les Chamanes de Na'Laak se réunissent régulièrement dans les plaines de Wyrana à l'occasion de grandes festivités entre tribus. Ils ne forment pas un culte structuré mais entretiennent des traditions communes et sont adeptes du partage des connaissances ayant pu être collectées. Les syndarhanaa n'ont pour leur part aucune organisation religieuses centrée sur la vénération de Na'taan'la, qui reste pour eux une divinité primitive et favorisant les autres peuples de Wyrm.
Dogme : Pour les Chamanes de Na'Laak, la tâche primordiale consiste à collecter toute forme de connaissance mystique pouvant satisfaire la divinité qui peut par la suite être invoquée sans crainte.
Sacerdoce : Ceux qui suivent la voie de Celle qui sait se consacrent activement à la collecte de connaissances perdues et risquent donc régulièrement leur vie dans les vestiges des ères passées, le plus souvent sur des territoires draconiques.
Lieu de culte : Si les adorateurs de Na'Laak n'ont pas de lieu particulier où vénérer la déesse, il semble qu'il exista jadis un petit noyau de fidèles syndarhanaa, suffisamment nombreux pour ériger un temple, désormais en ruines. Situé dans le plus bas quartier d'une ville dévastée il y a longtemps par Sorogoroth la brûlure éternelle, la pierre des lieux fut liquéfiée et se mêla aux cadavres de trois milliers d'elfes, faisant du charnier un lieu de malédiction depuis ce jour évité par tous les syndarhanaa. Le vestige du temple se dresse cependant encore, reconnaissable par sa structure presque intégralement épargnée.
Ordres affiliés : Aucun groupe de fidèles de Celle qui sait n'a encore prit l'initiative de former un ordre militant.